culbute


culbute

culbute [ kylbyt ] n. f.
• 1538; de culbuter
1Tour qu'on fait en mettant la tête en bas et les jambes en haut, de façon à retomber de l'autre côté. cabriole, galipette, roulade, roulé-boulé. Prendre appui sur les mains et la tête pour faire la culbute.
Natation Manière de virer en se retournant sur soi-même.
2Chute où l'on tombe brusquement à la renverse. dégringolade.
Loc. fig. Faire la culbute : tomber dans la ruine. Ce banquier a fait la culbute. banqueroute, faillite, ruine. La culbute d'un ministère. chute. Loc. prov. « Au bout du fossé, la culbute ! Le monde va droit à la crise, à la catastrophe inévitable » (Martin du Gard).
Fam. Comm. Faire la culbute : revendre qqch. au double du prix d'achat.

culbute nom féminin (de culbuter) Saut que l'on exécute après avoir posé la tête et les mains à terre et en tournant sur soi-même cul par-dessus tête ; galipette. Chute brusque à la renverse ou tête en avant : Faire une terrible culbute dans l'escalier. Revers, ruine, chute : La culbute du ministère. En natation, virage effectué en compétition, correspondant à une rotation du corps et à un appui des pieds contre le mur du bassin. ● culbute (expressions) nom féminin (de culbuter) Familier. Faire la culbute, être ruiné, faire faillite ; revendre une marchandise à un prix double du prix d'achat. ● culbute (synonymes) nom féminin (de culbuter) Saut que l'on exécute après avoir posé la tête et...
Synonymes :
- galipette (familier)
Chute brusque à la renverse ou tête en avant
Synonymes :
Revers, ruine, chute
Synonymes :
- débâcle
- déconfiture
- dégringolade (familier)

culbute
n. f.
d1./d Exercice que l'on exécute en posant les mains et la tête à terre, et en roulant sur soi-même les jambes levées. Faire des culbutes. Syn. (Fam.) galipette, (Belgique) cumulet.
d2./d Chute à la renverse.
d3./d Fig., Fam. Faillite, ruine.
|| Faire la culbute: se retrouver ruiné.
d4./d Fig. COMM Faire la culbute: revendre au double du prix d'achat.

⇒CULBUTE, subst. fém.
A.— Mouvement.
1. [En parlant d'une pers.]
a) Tour que l'on effectue, en avant ou en arrière, en prenant appui sur les mains et en projetant les jambes en l'air. Culbute quadruple, culbutes des clowns; faire une culbute. Synon. cabriole, galipette, pirouette. Les chutes par bouler avant et bouler arrière (culbutes) (R. VUILLEMIN, Éduc. phys., 1941, p. 48). Le grand écart et toute espèce de culbutes (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p. 93) :
Après la culbute simple en mettant les deux mains, reprit Aristide, viendra la culbute à une seule main, et ensuite sans mettre les mains. Tu vois la gradation. Avec la gradation, on fait tout ce que l'on veut. Le saut périlleux, c'est une culbute sans mettre les mains, en donnant un coup de reins.
DURANTY, Le Malheur d'Henriette Gérard, 1860, p. 50.
Spéc. [En parlant des femmes] Cf. culbuter I A 1 b. Les farces de Clarisse, ses continuelles culbutes, les amants qu'elle ramassait derrière lui, à chacune de leurs soirées (ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 195).
b) P. ext. Chute brusque à la renverse ou en avant, la tête la première. Chute dans le métro, glissade hors d'un autobus, culbute sur un parquet trop bien ciré (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 12).
Au fig. Crise grave. Expr. proverbiale. Au bout du fossé la culbute (cf. bout I B 2). Comme si les marchés pouvaient s'accroître indéfiniment!... Au bout du fossé, la culbute! Le monde va droit à la crise, à la catastrophe inévitable (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 69).
2. P. anal. [En parlant d'objets]
a) Chute dans laquelle l'objet roule plusieurs fois sur lui-même. Un pavé se détache rarement d'un mur sans entraîner dans sa culbute une certaine quantité de plâtras (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 6e tabl., p. 228). À la culbute de chaque panier dans la baratte (HAMP, Champagne, 1909, p. 140).
Spéc. [En parlant d'un véhicule] Synon. tonneau. Loc. arg. Prendre (...) le boulevard de la Culbute (BRUANT 1901, p. 440).
b) P. méton., vx. Nœud de ruban dont les pans retombent sur la nuque et qui est porté sur le fond de certaines coiffes (cf. LELOIR 1961).
c) Arg. Culbutant subst. masc. et plus rarement culbute, subst. fém. Pantalon. J'ai déchiré ma culbute maintenant (COURTELINE, Train 8 h 47, 1888, 2e part., p. 149). Le soir, on fait des épates, on étal' son culbutant, Minc' des g'noux et larg' des pattes (BRUANT, Chansons et monologues, Paris, éd. Geoffroy, 1885, p. 75).
Rem. ,,Culotte devient culbute par substitution d'un suffixe-calembour, puis culbutant (v. dér.), pour suivre le genre de pantalon et par anal. avec MONTANT`` (ESN. 1966).
B.— Au fig., souvent fam.
1. Retournement de situation. La culbute des gens chic dans la crapule du vice (ZOLA, Nana, 1880, p. 1314).
Spécialement
♦ Domaine pol. Renversement, chute d'un gouvernement (à la suite d'un vote hostile du Parlement). Le lendemain de cette culbute accablante du parti [de la légitimité] (SAINTE-BEUVE, Prem. lundis, t. 2, 1869, p. 184). Les culbutes des ministères donnent souvent lieu à des repentirs qui font revenir les mêmes hommes (ALAIN, Propos, 1934, p. 1217).
♦ Domaine des affaires. Passage d'une situation financière prospère à une situation opposée. Culbute de fortune. Des Citroën et compagnie, par exemple, qui n'ont jamais su faire que la culbute en affaires (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 393). Vous avez tort de rentrer dans les affaires... Infailliblement, vous ferez la culbute, (...) vous êtes beaucoup trop passionné, vous avez trop d'imagination (ZOLA, Argent, 1891, p. 101).
♦ [P. anal. avec le double mouvement de la culbute] Faire la culbute. Revendre une marchandise au double de son prix d'achat. Je leur vends les chaises que je fabrique sept francs trois sous; ils font la culbute dessus : ils les vendent quatorze francs (ESNAULT, [Comment. (IGLF 1947) de Virmaitre, Dict. d'arg. fin-de-s., Suppl., 1899]).
2. La mort. Quoique seul, et flétri, fané, presque fini, voilà qu'il fallait vivre jusqu'au bout; avant de faire la culbute, il pouvait encore en voir de bien dures (CLADEL, Ompdrailles, 1879, p. 143). Avant la culbute finale il a dû avoir quelques bons moments (DU BOS, Journal, 1922, p. 118).
Prononc. et Orth. :[kylbyt]. Ds Ac. 1694-1932. FÉR. Crit. t. 1 1787, BESCH. 1845 et DG mentionnent encore la forme culebute qu'ils considèrent comme mauvaise ou vieillie. Étymol. et Hist. 1479 Maistre Bidault de Cullebute surnom donné ironiquement à un moine; cullebute désigne, p. euphém. le membre viril (G. COQUILLART, Œuvres, éd. M. J. Freemann, L'enquête, p. 81, 444); 1538 culbute (EST., s.v. cybisteteres); 1680 fig. (Mme DE SÉVIGNÉ, Lettres, éd. M. Monmerqué, t. VI, p. 358). Déverbal de culbuter. Fréq. abs. littér. :123. Bbg. SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 57, 293. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 134.

culbute [kylbyt] n. f.
ÉTYM. 1538; cullebute « pénis », XVe; de culbuter.
1 Tour qu'on fait en mettant la tête en bas et les jambes en haut, de façon à retomber de l'autre côté. Bascule (3.), cabriole, cumulet (régional), galipette, roulé-boulé. || Prendre appui sur les mains et la tête pour faire la culbute. || Faire la culbute.
Fam. (en parlant des rapports sexuels d'une femme; → Caramboler, cit. 2). Faire la culbute (→ Se faire culbuter). || « Ses continuelles culbutes, les amants qu'elle ramassait… » (Zola, Pot-bouille, in T. L. F.).
Fig. et vx. À la culbute : en désordre. Culbutis.
2 Chute où l'on tombe brusquement à la renverse. Chute, dégringolade. || Se rompre le cou en faisant une culbute dans l'escalier.
1 François (…) dégalocha ses sabots à plus d'une fois; il arriva sans culbute à la passerelle.
G. Sand, François le Champi, XV, p. 114.
Par ext. (choses). || Culbute d'une automobile dans un ravin.
(1680). Fig. et fam. Crise importante, ruine.Fin. Faire la culbute : tomber dans la ruine. || Ce banquier a fait la culbute. Banqueroute, faillite, ruine.Polit. || La culbute d'un ministère. Chute, effondrement. — ☑ Prov. Au bout du fossé la culbute, se dit en parlant de qqn qui s'est engagé sur une voie périlleuse.
2 Au bout du fossé, la culbute ! Le monde va droit à la crise, à la catastrophe inévitable.
Martin du Gard, les Thibault, t. V, p. 97.
La culbute (finale) : la mort.
3 Fig. (Du double mouvement de la culbute). Comm. Faire la culbute : revendre qqch. au double du prix d'achat.
4 Anciennt. Ruban porté par les jeunes filles à l'arrière de leur coiffe, au XVIIe siècle.
5 Argot. (Vx). Culbutant (2.).
3 Va, mon vieux, pèt' dans ta culbute,
T'es dans la ru', va, t'es chez toi.
A. Bruant, Dans la rue, p. 12.
HOM. Formes du v. culbuter.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • culbute — CULBUTE. s. f. Certain saut qu on fait, mettant la tête en bas et les jambes en hàut, pour retomber de l autre côté. Faire la culbute. [b]f♛/b] Il se prend quelquefois pour Chute. En descendant le degré, il a fait une horrible culbute. [b]f♛/b]… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • culbuté — culbuté, ée (kul bu té, tée) part. passé. Renversé comme par une culbute. Culbuté par un grand chien qui courait impétueusement.    Par extension. L infanterie culbutée par la cavalerie. Une fortune culbutée par des jeux de bourse. •   Ceux qui… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • culbute — Culbute. s. f. Certain saut que l on fait mettant la teste en bas & les jambes en haut pour retomber de l autre costé. Faire la culbute. Il se prend quelquefois pour Cheute. Il est tombé du haut du degré, il l a poussé si rudement qu il luy a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • culbute — Culbute, Qui font la culbute, Cybisteteres, Arneuteres …   Thresor de la langue françoyse

  • Culbute — (fr., spr. Külbüt), 1) Überschlagen, Burzelbaum; 2) (Med.), Bewegung des Fötus in der Gebärmutter, die, wie man glaubte, gegen Ende der Schwangerschaft stattfinde u. in gänzlichem Umdrehen des Körpers bestehen sollte, so daß der Kopf nach unten… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Culbute — (Külbüt), die Umdrehung des Fötus kopfabwärts im Uterus gegen Ende der Schwangerschaft, wie die alte Medicin annahm …   Herders Conversations-Lexikon

  • culbuté — Culbuté, [culbut]ée. part. pass …   Dictionnaire de l'Académie française

  • culbute — (kul bu t ) s. f. 1°   Sorte de saut qui consiste à faire un tour sur soi même, en se renversant en avant ou en arrière. •   Jusqu à ce que la maudite bête, ne se ressentant plus de sa chute, se remit à faire ses ronds et ses culbutes ordinaires …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CULBUTE — n. f. Tour qu’on fait en mettant la tête en bas et les jambes en haut, pour retomber de l’autre côté. Faire la culbute. Il se prend par extension pour Chute. Dans sa précipitation à descendre les marches, il a fait une horrible culbute. Fig. et… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • CULBUTE — s. f. Certain saut qu on fait en mettant la tête en bas et les jambes en haut, pour retomber de l autre côté. Faire la culbute.   Il se prend quelquefois pour Chute. En descendant les degrés, il a fait une horrible culbute. Fig. et fam., Faire la …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)